Aller au contenu principal

Comment préparer votre enfant aux maladies de l’hiver ?

Quand vient l’hiver, vient le rhume et les autres maladies de la saison qui n’épargnent pas les enfants. Avant de voir comment on peut protéger les petits de ces contagions, il faut d’abord se demander quel lien il y a entre le froid et les infections virales. Nous inculquons souvent à nos enfants qu’il ne faut pas rester dans les courants d’air, qu’il faut bien se couvrir avant de sortir ou qu’il ne faut en aucun cas aller dehors quand on a les cheveux mouillés. On doit se demander si tout cela est un mythe et si les angines et les grippes qui nous contaminent ainsi que nos bout’choux sont au rendez-vous seulement en période hivernale.
préparer ses enfants aux maladies de l'hiver

Pourquoi tombe-t-on plus souvent malade en hiver ?

Quand il s’agit de maladies infectieuses, ce sont les bactéries et les virus qui rendent malades les enfants, pas le froid. Il faut être en contact avec des rhinovirus pour attraper un rhume. Et il faut être infecté par le virus pour contracter la grippe. En revanche, on peut dire que l’hiver est un terrain propice au développement des maladies, car comme nous allons le voir, plusieurs facteurs rentrent en jeu dans la propagation des maladies. Le froid n’est donc pas la seule raison pour laquelle les enfants tombent souvent malades, mais il existe bien un lien entre la saison hivernale et la recrudescence des maladies.

 

                                                                     enfant cerné par le virus du rhume et de la grippe

 

Le comportement des virus en période de froid

 

Les virus sont susceptibles de mieux se propager par temps froid. Le rhinovirus qui provoque le rhume se duplique mieux à des températures plus basses. Quand les enfants jouent un moment dehors en plein froid, le nez est directement exposé au grand air. Une température plus basse que le reste du corps.

 

Quand le corps est envahi par un virus, le système immunitaire se met en action. On observe que la défense antivirale est bien plus agressive dans les poumons en comparaison de la cavité nasale. Quand les enfants sont bien couverts, ils conservent une température interne normale à la différence du nez qui est en première ligne face au froid.

Il en va de même pour le virus de la grippe. Il est présent sur toute la planète. On observe des pics d’épidémie chaque année en France entre novembre et mars. Quand il fait trop chaud, si le virus n’est pas protégé à l’intérieur d’un organisme, il finit par mourir. Avec le froid, il est plus stable. Il peut donc survivre plus longtemps à l’extérieur et avoir plus de chances de contaminer quelqu’un.

Quand on associe le froid à d’autres facteurs comme un système immunitaire fragilisé, des muqueuses plus sensibles aux variations de température, des groupes d’enfants au sein d’espaces clos, on a là l’équation idéale pour créer un foyer infectieux chez nos bambins.

 

Les maladies se propagent aussi dans les maisons

 

Avec l’arrivée de l’hiver, nos comportements changent. Les sorties pour aller jouer à l’extérieur se font plus rares et on privilégie les activités à l’intérieur pour les petits. Dans nos maisons bien chauffées, l’air est plus sec. Des virus comme ceux du rhume ou de la grippe pénètrent alors plus facilement dans les voies nasales qui sont asséchées. Les sécrétions nasales ou mucus jouent un rôle de lubrification, d’humidification de l’air, et de protection. Et oui, la morve de nos petites têtes blondes est une barrière naturelle anti-infectieuse 😁. Quand l’air intérieur est trop chaud et trop sec, c’est un facteur pouvant favoriser la contamination.

 

Pour limiter les risques de propagation, il faut commencer par vérifier la température de son domicile. À la maison, le thermomètre ne doit pas dépasser les 21 °C. Pour humidifier et renouveler l’air ambiant, on ne le dira jamais assez, mais pensez à aérer en ouvrant les fenêtres 3 fois par jour. Ensuite, il y a quelques petites astuces simples pour humidifier naturellement son intérieur. Commencez par décorer votre maison de plusieurs plantes. Les feuilles émettent de la vapeur d’eau. Vous pouvez également ouvrir la porte de la salle de bain après une douche pour laisser la vapeur se propager dans les autres pièces. En disposant des bols d’eau sur le radiateur ou sous un meuble, l’évaporation naturelle participera à la bonne humification de vos pièces et permettra d’éviter ainsi les petits bouts de nez trop secs chez vos enfants. 

 

Quelles sont les maladies les plus communes des enfants en hiver ?  

Comme chaque année, à la baisse des températures, les parents devront faire face aux coups de froid chez leurs enfants. On l’a bien compris, les virus responsables du rhume, grippe, otite ou angine sont plus tenaces avec le froid. Ces maladies, souvent bénignes, restent tout de même très contagieuses et inconfortables. Faisons le tour des infections les plus courantes que l’on rencontre chez l’enfant pendant les périodes de grands froids.

 

Le rhume

 

Il existe plus de 100 différents virus du rhume. Et si vous avez l’impression que votre enfant les enchaîne les uns après les autres pendant l’hiver, c’est tout à fait normal. Les enfants en bas-âge n’ont pas développé la totalité de leur défense immunitaire. Avant l’âge de 2 ans, il n’est pas étonnant qu’ils attrapent une dizaine de rhumes pendant l’année.

 

                                                      le rhume et crise d'éternuement

 

La transmission du rhume peut se faire de 3 manières différentes :

  • Par contact direct, quand un enfant prend la main d’un camarade ou qu’il veut faire un bisou à son amoureuse. Un enfant qui a un rhume va se frotter le nez, les yeux, tousser et des germes se déposeront sur les mains. Au contact des enfants, il va involontairement transmettre le virus.
  • Par contact indirect. Les enfants qui jouent ensemble vont se passer les mêmes crayons de couleur, les mêmes peluches, toucher les mêmes endroits comme les poignées de portes. Les germes du rhume pouvant restés en vie plusieurs heures sur une surface, l’infection peut se propager rapidement.
  • Par l’air. En toussant ou en éternuant, de fines gouttelettes contaminées par le rhume peuvent atteindre la bouche, les yeux, le nez des autres enfants.

En moyenne, un rhume chez l’enfant va durer pendant 1 semaine. Il arrive qu’il se poursuivre jusqu’à 2 semaines. Il finira ensuite par partir tout seul. On ne traite pas un rhume, mais on peut en soulager les effets. Si la température de votre enfant monte trop haut (38.5° C et plus) consultez votre pédiatre ou médecin de famille. N’administrez jamais seul des médicaments à un enfant de moins de 6 ans sans avoir au moins pris conseil auprès de votre pharmacien.

Chez le nourrisson de moins de 3 mois, les symptômes peuvent être plus impressionnants : du mal à respirer, des vomissements, une forte température. Allez consulter sans attendre un pédiatre dans ces cas-là.

 

La bronchite

 

Il s’agit d’une inflammation des bronches qui survient chez l’enfant assez souvent en hiver. La bronchite se caractérise par une toux sèche qui peut durer environ 2 semaines. L’enfant aura également des difficultés à respirer. La présence de fièvre n’est pas systématique. En revanche, il sera très fatigué au point d’avoir des nausées. Dès les premiers symptômes de la maladie, il faut consulter son médecin pour poser un diagnostic.

 

La bronchite est causée le plus fréquemment par une infection virale. Suite à un rhume ou une grippe, le virus finit par se propager dans les bronches, entraînant l’inflammation.

 

Comme de nombreuses maladies, la bronchite est bénigne. Elle reste cependant particulièrement désagréable pour l’enfant. En plus du traitement que pourra vous recommander votre médecin, il est important que le petit malade se repose et s’hydrate beaucoup. Les boissons chaudes et les bains chauds sont conseillés (sauf en cas de fièvre). Les vapeurs chaudes et humides soulageront un peu les bronches.

La bronchite étant contagieuse, il vaut mieux isoler votre enfant des autres le temps qu’il se soigne. Apprenez-lui à se couvrir la bouche et le nez quand il tousse ou éternue afin d’éviter les propagations. Privilégiez également les mouchoirs jetables et jetez-les tout de suite après usage.

 

L’otite

 

Les enfants sont plus souvent touchés par cette infection. L’otite apparaît généralement quand de l’eau reste dans l’oreille après un bain ou une douche, mais elle se développe aussi suite à un rhume qui a été mal soigné. C’est pour ça que l’hiver, les enfants sont plus sujets à ce mal d’oreilles.

 

Il existe différentes formes d’otite : externe, moyenne et interne. Il s’agit d’une inflammation de l’oreille qui est très douloureuse.

 

En période hivernale, l’otite moyenne se développe derrière le tympan. Pour limiter les risques en cas de rhume, il est important d’apprendre à son enfant à correctement se moucher. On peut également pratiquer des lavements du nez pour réduire les risques d’une infection rhino-pharyngée.

 

L’origine de l’otite peut être virale, comme bactérienne. Dès que les premiers symptômes se déclarent, ne perdez pas de temps et allez consulter votre médecin traitant.

 

Des signes chez votre enfant ne trompent pas quand une otite se déclare. Il vous dit qu’il a mal à une ou aux deux oreilles, il met sa main dessus comme pour ne plus entendre. L’otite peut être accompagnée de fièvre, du liquide s’écoule de l’oreille, il mange moins pendant les repas et il est plus irritable. Ce mal doit être pris en charge rapidement pour éviter les complications. Votre médecin prescrira des antalgiques qui agiront sur la fièvre et la douleur. Si l’affection est d’origine bactérienne, votre enfant recevra un traitement antibiotique. Des soins réguliers sont à prodiguer pour soulager le conduit auditif grâce à du sérum physiologique ou des décongestionnants

 

La grippe

 

Cette infection respiratoire est causée par un virus. Les épidémies de grippe surviennent chaque année entre novembre et avril. Comme pour le rhume, le virus vient se loger dans le nez et la gorge. Le mode de contamination est similaire : par contact direct, par contact indirect et par une transmission dans l’air.

 

À la différence du rhume, la grippe frappe plus rapidement et les effets sont bien plus fatigants pour l’enfant. C’est pourquoi, quand on a la grippe, il faut d’avantage se reposer en restant au lit.

 

Les symptômes grippaux typiques sont : une fièvre soudaine, la sensation d’avoir constamment froid, un mal à la tête, des douleurs et des courbatures dans le corps, une très grande fatigue, une toux sèche et des maux de gorge et pas beaucoup d’appétit.

 

                                                      symptôme de la grippe enfant a froid

 

Les symptômes sont donc assez similaires avec ceux que peuvent présenter les adultes. Chez l’enfant, il peut y avoir quelques différences sur lesquelles il faut être vigilant. Les bébés par exemple, peuvent développer une forte fièvre alors qu’il n’a pas d’autres signes de maladie. Il n’est pas rare chez les jeunes enfants qu’ils fassent des poussées de fièvre importante, supérieure à 39,5 °C. Douloureuse pour l’enfant, la grippe peut s’accompagner de vomissements et de diarrhée.

 

Si votre bébé de moins de 3 mois est contaminé, il faut l’emmener rapidement chez le médecin ou aux urgences à l’apparition des premiers symptômes.

 

Pour soulager votre enfant pendant sa convalescence, vous pouvez l’habiller de vêtements légers et maintenir la température de sa chambre autour des 20 °C. Incitez votre enfant à boire souvent et proposez des repas nutritifs et vitaminés. Pour apaiser les maux de gorge, il peut se gargariser avec de l’eau chaude. Les pastilles pour la gorge ne sont pas recommandées pour les enfants de moins de 6 ans. À partir de 3 ans et plus, privilégiez des bonbons durs sans sucre, au miel ou aux herbes.

 

L’angine

 

Si votre enfant se plaint d’avoir mal à la gorge et qu’il a du mal à avaler, il faut suspecter les premiers symptômes de l’angine. Il commence à avoir de la fièvre, il n’a pas très faim, vous observez des ganglions au niveau du cou et l’intérieur de la gorge est rouge. Il n’y a pas trop de doute, c’est bien ça !

L’angine est une infection de la gorge qui est d’origine virale ou bactérienne. La contagion survient par l’air, par contact direct d’un enfant malade ou indirect ou touchant des objets contaminés.

 

L’angine est le plus souvent bénigne, mais il faut intervenir sans attendre pour éviter les complications. Un passage chez le médecin permettra de poser un diagnostic et de vérifier qu’il s’agit d’une angine rouge ou d’une angine blanche (plus douloureuse). Un frottis sera nécessaire pour vérifier la présence de streptocoques. Dans ce cas, l’angine est d’origine bactérienne et une prescription d’antibiotiques sera nécessaire.

Pas d’automédication en cas d’infection. Pour les enfants de plus de 6 ans, faîtes des gargarismes avec une cuillère de sel dans un verre d’eau chaude. Faîtes en sorte qu’il s’hydrate régulièrement et proposez des aliments liquides ou en purée pour limiter les douleurs pendant la déglutition. Généralement les enfants préfèreront des aliments froids.  

Une angine d’origine virale dure entre trois et 10 jours. Votre enfant peut déclarer un peu de fièvre, mais on en guérit en quelques jours. Si les symptômes durent plus de 48 heures, il est nécessaire de consulter un spécialiste, surtout si elle est d’origine bactérienne. Très contagieuse, le temps d’incubation est de 2 à 4 jours. Mieux vaut isoler et garder son enfant à la maison pendant cette période dès l’apparition de la maladie.

 

La gastro-entérite

 

La gastro-entérite est une infection courante chez l’enfant pendant la saison froide. Elle peut être d’origine virale, bactérienne ou parasitaire. Il s’agit d’une inflammation du tube digestif qui provoque vomissements, diarrhées ou les deux, parfois de la fièvre et des crampes abdominales. Pendant la maladie, il peut y avoir un risque important de déshydratation. Il faut faire boire son enfant régulièrement.

Les petits tombent souvent malades en étant en présence d’autres enfants déjà atteints par la maladie. La gastro virale est très contagieuse et passe facilement d’un enfant à l’autre. La transmission féco-orale est le mode de transmission le plus courant. Il suffit qu’une enfant ou un parent a des selles infectées sur les mains, car elles n’ont pas été correctement lavées. En touchant des objets, on va déposer des germes qui vont à leur tour contaminer d’autres personnes.

 

La plupart des enfants touchés par une gastro-entérite présentent des symptômes pendant 4 à 5 jours. Il n’est pas nécessaire de consulter un médecin pour les plus grands. Le système immunitaire de l’enfant est en général suffisamment costaud pour éliminer l’infection seul.

 

Si votre enfant a moins de 6 ans, il est nécessaire de poser un diagnostic. Et il ne faut pas donner de médicaments contre la diarrhée à des enfants de moins de 12 ans. Proposer des aliments non-gras et éviter certains laitages. Les légumes cuits, les féculents, la volaille ou encore les compotes sont des aliments à privilégier le temps que la gastro-entérite passe.

L’hygiène est cruciale pour éviter les risques de propagation aux membres de la famille. Lavez-vous les mains régulièrement notamment après avoir changé la couche de bébé, nettoyez régulièrement les toilettes avec du désinfectant ainsi que toutes les surfaces qui ont pu être en contact avec les mains. Si votre enfant utilise le pot, utilisez des gants quand vous le manipulez et nettoyez avec du détergent. Laissez sécher avant réutilisation. Lavez les tissus souillés séparément du reste du linge et à température élevée.

Votre enfant doit beaucoup se reposer et doit rester isoler au moins 48 heures après le dernier épisode de diarrhée ou de vomissement. 

 

La rougeole

 

La rougeole est une infection causée par un virus qui provoque une éruption cutanée rougeâtre. À ne pas confondre avec d’autres maladies qui se caractérisent aussi par des petits boutons rouges. Très contagieux, le virus vit dans le mucus du nez et de la gorge. Il se transmet d’un enfant à l’autre par contact directe ou indirect. On observe des pics de la maladie surtout en hiver et au printemps.

 

Un enfant a des risques de développer la rougeole s’il n’est pas vacciné. Un petit qui est contaminé est contagieux pendant 4 jours. Ce qui laisse largement le temps à la maladie de se propager d’individu à individu. Suite à une contamination, il faut entre 7 et 14 jours pour voir apparaître les premiers symptômes. La phase précoce de la maladie et les plus gros désagréments durent entre 1 et 4 jours.

 

Les symptômes ressemblent beaucoup à ceux d’une infection respiratoire : nez qui coule, une toux importante, œil rose, de la fièvre. Après 2 à 3 jours, d’autres symptômes plus impressionnants se manifestent comme la diarrhée, des taches blanches à l’intérieur des joues et la fameuse éruption cutanée rouge qui commence sur le visage et se propage au torse, aux bras et aux jambes.

 

Il est nécessaire d’aller voir votre médecin dès les premiers symptômes, surtout pour les plus petits. En fonction de l’âge, il administrera différents traitements comme du paracétamol pour combattre la fièvre et des antiseptiques pour désinfecter les yeux et les voies respiratoires.

 

Quelques conseils pour protéger les enfants des maladies de l’hiver ?

Plus le mercure diminue, plus les virus comme ceux du rhume ou de la grippe deviennent résistants. Ils ont plus de facilité à se propager dans les lieux collectifs comme les crèches et les écoles. Il est difficile d’empêcher son enfant de tomber malade, mais il y a de bonnes pratiques à connaître pour limiter les risques d’infection.

 

Un basique : une bonne hygiène

 

On ne le répétera jamais assez, c’est pourquoi il est nécessaire de le redire ici. Se laver les mains est le moyen le plus simple et efficace de se débarrasser des germes responsables des maladies hivernales les plus courantes. On se lave également les mains après avoir changé la couche de votre bébé ou après avoir essuyé le nez de votre enfant ou avant de préparer les repas. Apprenez dès le plus jeune âge à vos enfants à avoir les bons gestes et expliquez-leur pourquoi c’est important. Si vous faîtes appel à une nounou à domicile, prenez un moment pour échanger avec elle et lui expliquer vos habitudes en matière d’hygiène.

 

À la crèche et à la maternelle ou à la garderie

 

Renseignez-vous sur les règles intérieures des différentes structures collectives où se rendent vos enfants la journée. Assurez-vous que la politique de l’établissement insiste sur l’hygiène des petits, surtout en période de froid.

 

Vérifier les vaccins des enfants

 

La vaccination reste un moyen sûr pour protéger les petits de certaines maladies. Avec le nouveau calendrier vaccinal, depuis le 1er janvier 2018, plusieurs vaccins sont devenus obligatoires pour l’entrée en collectivité. Les vaccins contre la rougeole, la rubéole et les oreillons par exemple.

 

En ce qui concerne la vaccination antigrippale infantile, elle peut être recommandée dans certains cas, mais elle n’est pas obligatoire. Déconseillée pour les bébés de moins de 6 mois, elle est en revanche indiquée pour les enfants entre six mois et 18 ans qui ont un système immunitaire affaibli.

 

La santé passe par l’assiette

La meilleure façon de garder vos enfants en bonne santé est de s’assurer qu’ils dorment suffisamment, qu’ils s’hydratent beaucoup et que leur alimentation contient des vitamines et minéraux.

 

                                                            enfant manger des fruits et légumes en hiver

 

  • Insistez sur la vitamine C. Elle est indispensable pour prévenir et traiter le rhume. On la trouve dans les oranges, kiwis, les pommes de terre et les légumes comme le brocoli, les choux de Bruxelles (ce sont les enfants qui vont être contents 😄).
  • Un bon bol de vitamines E. Elle renforce le système immunitaire. À savoir qu’elle est mieux absorbée par le corps quand elle est consommée avec des aliments gras. Donnez à vos enfants des œufs brouillés ou une omelette. La vitamine E est également présente dans le lait, les huiles de tournesol, de maïs et de soja.
  • Un autre aliment pour renforcer les défenses des enfants : le bêta-carotène qui se transforme en vitamine A. On en trouve dans les patates douces, les épinards et les courges.
  • Le Zinc ne prévient pas des maladies, mais peut réduire sa durée du rhume et de la grippe. Il est présent dans la viande, le poisson, les fruits de mer, les produits laitiers, les haricots secs, les noix et les céréales.

 

 

Vous savez maintenant tout sur les maladies de l’hiver et comment les prévenir chez l’enfant. Il nous reste plus qu’à vous dire de bien couvrir les petits. Point positif, qui dit hiver, dit bientôt Noël. Et ça, cela fait toujours plaisir aux petits comme aux grands.

Partagez cet article

Ces articles peuvent également vous intéresser